réussite client

« Non, cela ne fait pas partie de mes missions. Je ne peux pas aller aussi loin. »

Voilà ce que j’ai répondu à un de mes clients, il n’y a pas si longtemps que ça. Il y a à peu près 1 ou 2 mois.

Mais en répondant cela, en refusant une tâche qui ne m’était pas destinée à l’origine, j’ai fermé la porte à d’autre possibilités.

C’est-à-dire que je me suis cantonné aux missions qui m’étaient données.

J’étais devenu un exécutant.

Je faisais tout simplement ce que l’on me demandait, ni plus ni moins.

Mon client avait la responsabilité de gérer sa stratégie, gérer ses problématiques et gérer justement les missions qu’il me donnait.

En faisant cela, de mon côté il n’y avait pas trop de soucis : Je faisais mes missions, le client était content mais j’étais un exécutant parmi tant d’autres.

Il pouvait me remplacer par une autre personne à n’importe quel moment. Cela n’aurait pas eu d’impact sur lui.

Mais, moi de mon côté en étant si interchangeable, je devais être en permanence entrain de chercher d’autres clients.

Et une chose importante que j’ai découvert : Entre trouver un nouveau client et en retenir un ancien, cela nous coûte 5 fois plus cher de trouver de nouveau client en dépense d’acquisition.

Alors qu’en rétention c’est 5 fois moins cher.

Voilà là où est mon erreur : J’ai un client qui me fait confiance mais je me cantonne aux missions qu’il me demande parce que je ne suis pas facturé par rapport aux missions qu’il me demande en plus.

Et là c’est une erreur que j’ai commise et qu’il ne faut pas commettre, parce que lorsque le client demande des missions supplémentaires, il y a deux façons :

Soit le client est une personne malhonnête, il veut vous faire faire des choses qui ne seront jamais rémunérées. Et ça vous pouvez le remarquer au bout d’1 fois ou 2 fois.

Soit c’est une personne honnête et juste elle n’avait pas prévu ces choses supplémentaires.

Alors, on passe d’exécutant : je fais ma mission. À consultant ou manager, ça dépend du poste que l’on occupe.

C’est-à-dire que notre poste devient un poste stratégique. On doit s’occuper de la réussite de notre client.

Si mon client réussi, obligatoirement, je réussis aussi. Et c’est là qu’il faut essayer de rentrer.

Je dois me dire que si mon client me demande cette mission là, Ok je vais là faire. Et de mon côté faut que je réfléchisse à une manière pour que lui ait encore plus de réussite.

C’est-à-dire que si mon client me demande de lui faire du contenu sur son blog, de mon côté je dois me demande « Ok son objectif est l’acquisition, est-ce qu’il n’y a que le blog pour cela ? Est-ce qu’il peut faire autre chose que le blog ? Est-ce qu’il peut mettre en place ceci, cela ? »

Vraiment mettre en place des « choses » pour lui permettre d’atteindre son objectif. Là c’est le rôle d’un consultant et le rôle d’un manager également. Et c’est ça que je n’avais pas compris au tout début.

C’est pour cela que maintenant, lorsqu’un client me donne des missions, j’accepte mais je vais plus loin que cela. C’est-à-dire en me demande de faire du contenu mais je vais plus loin, j’essaie de comprendre la problématique de la personne pour essayer de vraiment comprendre son objectif.

Son objectif c’est de « l’acquisition » est-ce qu’il n’y a que le blog ? Est-ce qu’il peut faire du contenu sur les réseaux sociaux, est-ce qu’il peut faire de la publicité ?

Vraiment faire beaucoup de choses autour pour atteindre le but du client. Parce que les missions que le client demande en plus, forcément c’est des missions qui sont là pour atteindre son objectif.

Et si ces missions là, dès le début on les a cerné. Alors là il ne risque pas d’avoir des missions supplémentaires et de plus vous serez facturé pour ces missions là car vous les aurez déjà compris dès le départ.

Dès le départ vous aurez mis toutes les missions possibles pour atteindre cet objectif d’acquisition. Et comme ça il n’y aura pas de supplément, pas de surprise. Et là réussite du client fera votre réussite.

Il restera plus facilement avec vous, car il ne vous considéra non plus comme un exécutant mais comme une personne de confiance, un partenaire stratégique.

Voilà pourquoi il ne faut pas se cantonner à nos missions mais plus s’ouvrir pour voir la globalité de l’ambition et des objectifs de notre client.

Et vous, comment est-ce que vous travaillez : vous êtes cantonnés à votre mission ou vous voyez plus globale, plus stratégique pour votre client ?

Tags

Comments are closed